Tsr Crew – Tsr Au Complet Lyrics

[Couplet 1 : Hugo]
On vient pas creuser nos tombes on vient creuser notre cratère
Trop de casse-tete, sur cassette c’est violent comme un crash-test
Tu t’es trompé si grâce au rap t’as cru qu’t’allais avoir l’succès
Tu comptes devenir une star, c’est pas le micro qu’il va falloir sucer
J’suis pas comme toi, je veux un sampleur et toi de la haute couture
Si différent je défends à coup de cutter ma sous-culture
Nos mots s’épaississent on a peu de vannes ici
J’vois que les obsédés suivent la c’est le 18
On voit trop de frénésie pour une OCB slim
C’est pas qu’des phases qui riment trop satirique ouais ça t’irrite
Dans l’G.A.V, on marque nos blazes avec un emballage de vache qui rit
Bah non j’suis pas ravi même à Paris y’a des parties pas riches
D’ici jusqu’à Garibaldi, tous les petits gars d’Paris balisent
On encule ces cons d’shtars, fais gaffe on charge les travs en bavent
Tous en délit, je te parle des lieux où les scooters deviennent des avions de chasse
Notre album c’est comme mon flow j’suis sur qu’il pète
Dans c’monde chelou les boloss trouvent leurs femmes sur Ebay
Faut qu’on sorte de la, si tu bouges pas ouais ca se fera sans toi
J’garde mon sang froid avec des 16 mesures et des 1664
Sois sans crainte on représente pour les fumeurs de foin
Paris c’est hardcore comme péter dans le métro aux heures de pointes
Embrouilles entre mecs et meufs j’te parle même pas des femmes entre elles, rien que ça chipote
Quand je serai casé j’aurais le sourire de Fernandel
Et ouais sans dec’ elles veulent plus un p’tit cul mais un mini-p’tit cul
Je suis pas un indien dans la ville mais moi je suis perdu comme Mimisiku
J’regrette un peu tout ça l’école primaire et les fêtes sans cool-al
Les journées sans collage, quand mon idole il s’appelait Sangohan
On m’a dit oublie l’amour si t’as pas d’Manix
Dégaine classique comme au lycée j’ai pas un style by Armani
Trop de chattes et chiens de la casse, Paris une animalerie
Les amis partent vite, veulent l’compte en banque de Nas ou d’Ally McBeal
Des métissés y’a des renois des noichs et des arabes ici
Trop d’aléas j’ai les yeux rouges sans même aller à la piscine
J’ai des mauvaises manies, les mauvais chemins sont en duplicata
C’est le TSR attention v’la le début d’une big attaque
On connait pas le dur labeur on pratique pas le yoga
C’est pas la cité de la peur on danse pas la Carioca
Et ouais gars, on est soudé dans les grosses galères
Ici y’a que des gosses guer-lar, y’a pas de boloss comme Ross Geller
Faut pas qu’on s’enterre comme ça, je ne décris pas un monde joli sans guerre
La folie dans les veines, on vise la tête comme la police anglaise

[Couplet 2 : Omry ]
De qui s’méfier ? De moi ou des autres
Tout ce que j’sais c’est qu’j’fais désordre quand j’t’émoigne de mes fautes
Car j’ai fait beaucoup de mal sans raison
Sans que j’ai honte j’écris un problème sans le résoudre
Comme ce type qui deale moi j’sais , il sait que la vie coûte
Mais que la mort vaut si peu cher
On a si peu le choix, peu de spliff s’achèvent
La vie est une chienne qui fuse comme un XXX
On fait c’qu’on peut avec ce qu’on a
Pour se faire connaitre même si on peut finir dans le coma
Des fois petit je me demande où t’es, où tu finiras
Si on te retrouveras au fond du gouffre à tes funérailles
Car comme tu sais des fois la vie dérape
Enfant des rues aux coins des ghettos XXX
Faut s’méfier de tout et même de toi
Surtout que tous comme toi se foutent des lois
Et ils s’étonnent que les voitures brûlent
Que les mecs sont des brutes et les miss des putes et traînées
Que TSR défraie
Chronique on est 3 MC fêlés qui t’effraient et te corrigent
Car finit l’époque des passes passes et autres cabrioles
Dans notre jeu de carte y’a pas d’as, la jeunesse cambriolle
Pour nous y’a pas de place une carrière folle
Avec un cadavre dans le coffre, 2 chevaux pour tirer la cariole
On passe vite du tricycle au carjacking
Tu te fais même jackter par des miss comme Brown Jackie
On veut l’or, pas l’bronze, le jackpot et l’titre
Meme si on a la couronne l’trône reste électrique
Voila pourquoi on ne peut que salement vivre
Car sans répit sans avenir on peut que sagement vivre
Donc les sales mômes arrivent droit dans la tête
Comme un 5 coins d’weed dans un seul pet’

[Couplet 3 : Nero]
Hey petit je ne t’en veux pas, même si c’est pas passable
Tu ne méritais pas ça, l’enfer c’est les autres
Lis Jean-Paul Sartre et tu verras qu’il faut se méfier pour éviter tout désastre
De qui me méfier ? A qui me confier ? A qui me révéler ?
Vu que je ne sais même plus car y’a trop de sourires de putes
Dans la dernière lutte lors de ma chute
A qui léguer mon fut, ma hutte, et toute ma thune
Alors j’évite les gens car le temps les change
Quitte à paraître un peu méchant, quitte à paraître un peu étrange
J’évite les gens quitte à paraître introverti
Quitte à paraître un peu trop triste j’en ai rien à foutre
Sur qui j’peux compter un jour ou l’autre nous le verrons
Je ne peux encore citer de noms, les vrais sûrement se reconnaîtrons
Peut etre qu’au fond c’est moi qui suis comme ça
Et si je vois le mal c’est que je crois le monde comme moi

[Couplet 4 : Vin7]
Qu’est ce que tu veux je dise toujours les même biz’
Toujours les même qui abusent toujours les même qui s’amusent
Ici c’est la mouise plus le temps pas plus nos chances s’épuisent
Et c’est pas sans ces condés auxquels ont s’opposent qui nous apaisent
Les petits veulent du pèse c’est l’absence du père qui leur a fait du-per
Leurs repères s’batir un empire est devenu leur objectif
Quel qu’en soit le prix c’ au fil du temps je m’attends au pire
Les erreurs c’est souvent trop tard qu’on les répare
On a qu’une seule vie tu peux pas revenir au depart
La j’ai quartier libre alors je m’arrêtes pas de ler-par
Tout le monde veut sa part et ça part en vrille
Regarde bien ma ville, à mon avis
C’est dans la connerie qu’elle brille
L’Etat nous embrouille comment veux-tu qu’on se débrouille
Leur code pénal pour moi c’est du braille
Ici y’a qu’une loi : c’est tout pour la maille
Voila pourquoi je braille
Tout le monde s’défile face aux problèmes de taille
Moi j’considère aucune erreur comme un détail
On a voulu m’traiter comme du bétail alors j’bataille
Et maintenant tous les faux en entendant mon débit taillent

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *